Luxation Patellaire


Luxation patellaire (PL) : n'est pas une maladie génétique mais, soit une malformation des éléments rotule/trochlée/ligaments qui peut être congénitale (présente à la naissance) et qui semble avoir un caractère "héréditaire", soit une déformation due à une lésion traumatique (chute, mauvais saut, accident), ou encore la combinaison des deux (malformation + choc traumatique).

Dans le cas d'une malformation congénitale, la transmission de cette déficience physique semble être polygénique = dépend de plusieurs gènes associés. Il n'y a pas de test ADN disponible, seul un examen clinique peut être réalisé par un vétérinaire spécialiste (orthopédie). La consanguinité favorise le terrain de ce genre de fragilité du squelette (voir cas de la dysplasie de la hanche chez le Maine Coon).


La luxation patellaire n'est pas rare chez les Abyssin, quelques cas sont réellement connus et a fait son apparition chez le Somali. Les éleveurs font leur possible pour éviter les mariages possiblement à risque soit en écartant tout chat atteint ou "porteur" de l'élevage, soit en effectuant des mariages judicieux pour éviter de faire naître des chatons atteints de cette affection. Futurs propriétaires d'une de ses races, n'hésitez pas à poser des questions aux éleveurs sur ce sujet.

 

Plusieurs facteurs peuvent provoquer une luxation de la rotule :


1. ligaments trop lâches : Ils n'assurent pas le maintien correct de la rotule ;
2. une trochlée peu profonde ou aplatie : La rotule ne peut pas s'emboîter correctement ;
3. rotule trop large : elle sort de la trochlée ;
4. position anormale du muscle quadriceps.

Symptômes

Chez le chat, cette affection commence par des boiteries partielles (avec un appui de la patte sur le sol) ou totales (le chat ne pose plus la patte), une appréhension pour sauter, une maladresse, un verrouillage de l'articulation qui, à long terme, peut entraîner le développement d'arthrose. Les chats atteints se tiennent debout et marchent avec les postérieurs fléchis et arqués, comme légèrement accroupi. (La forme des pattes se dit en "cow-boy".)

La plupart des vétérinaires peuvent examiner les genoux de votre chat mais il est préférable d'aller chez un spécialiste : il faut faire très attention car avec de la force la manipulation peut faire sortir la rotule de son axe et provoquer une luxation. Une radio peut être pratiquée avant l'opération pour confirmer le diagnostic et mettre en évidence une ou des malformations de la rotule et la possible présence d'arthrose, fêlure ou de fracture. Cet acte, nécessitant un déboîtement de la rotule (très douloureux), se pratique sous anesthésie le jour de l'opération (afin d'éviter à l'animal une double anesthésie) pour mieux guider l'acte chirurgical. 

Il y a 4 degrés de luxation :

- Degré 1 : le vétérinaire lors de son examen luxe facilement la rotule, quand il relâche la pression la rotule revient en position normale. Des boiteries occasionnelles peuvent être observées chez le chat. 
- Degré 2 : la fréquence de la luxation augmente devenant plus où moins permanente, le chat peut la remettre en place en réalisant une extension de l'articulation ou une rotation du tibia dans le sens contraire à la luxation (en général on le voit faire un temps d'arrêt et reculer pour la remettre en place.). Lors de son examen, le vétérinaire ressent une sensation de craquement dans l'articulation.
- Degré 3 : la rotule se luxe la plupart du temps dès que le chat repose son poids sur sa patte. La rotule peut être remise en position normale manuellement avec une extension du genou. 
- Degré 4 : la rotule est luxée en permanence et ne peut pas être remise en position normale manuellement. Le chat porte sa patte repliée en permanence, la douleur est réelle.

 

Le Dr vétérinaire Sophie Bismuth (Clinique à Boulogne-Billancourt - 92100) partage avec nous des vidéos très intéressantes pour comprendre la différence entre une rotule "saine" et une rotule "luxé", pour les voir cliquez ici.


Traitement

Les luxations patellaires de degrés 1 et 2 peuvent être traitées sans chirurgie. 
Ce traitement consiste à une mise au repos du chat : éviter les sauts, les sorties extérieures et toute activité " sportive" de l'animal. Dans le cas où l'alimentation du chat ne se base pas sur des produits spécialement conçus pour lui (croquettes et boîtes humides de qualité), un apport en calcium peut être envisagé sous contrôle vétérinaire.

Aux degrés 2 (selon la gravité du boitement, sa fréquence, l'âge et le développement du chat), 3 et 4, il faut intervenir  chirurgicalement tôt. Plus longtemps dure cette période de luxation et plus le physique (et psychologique) de l'animal sera endommagé.
La chirurgie consiste à stabiliser l'articulation de la rotule de différentes manières suivant le type de luxation. Généralement les deux genoux ne sont pas opérés en même temps.

Ces interventions nécessitent une quasi absence d'activité du chat durant la cicatrisation et sa convalescence (6 à 8 semaines par genou). Ce repos complet, préférablement en cage, est primordial pour éviter tout risque (sauts, chutes, courses), et pour contribuer au succès de l'opération.

Plus de 90% des animaux traités chirurgicalement ne montrent plus de signes cliniques.

 

Remarques

• Dans les cas les plus grave, les signes cliniques apparaissent dès l'âge de 4 mois.
• Il est conseillé de faire attention au poids du chat présentant des symptômes. En effet un surpoids fragiliserait d'avantage ses articulations.
• Il apparaît que chez les chiens, les femelles ont un risque de luxation médiale environ 1,5 fois plus élevé par rapport aux mâles. 
• Une femelle atteinte peut être en réel danger pendant la gestation au vu de sa variation de poids et des changements de son centre d'équilibre. Vous comprendrez pourquoi il est primordial de faire stériliser une femelle atteinte.
• Dans 50 % des cas, la luxation de la rotule est bilatérale = elle touche les deux genoux.